Un Belge au départ du Vendée Globe 2024-2025

Le principe du Vendée Globe est on ne peut plus simple : un tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Ces trois critères sont indissociables de la légendaire course océanique et en font son ADN. En neuf éditions, 130 skippers ont pris le départ de l’épreuve et seulement 90 d’entre eux l’ont terminé. Ils sont bien plus nombreux à avoir conquis le mont Everest ou séjourné dans l’espace ! Voilà pourquoi le Vendée Globe est une aventure avec un grand A. Une aventure humaine, sportive et technologique dont rêve Denis Van Weynbergh depuis plus de vingt ans.
Aujourd’hui, après une première tentative avortée en 2020 faute de moyens financiers suffisants, il espère devenir le premier belge à boucler ce tour du monde et partager l’expérience avec le plus grand nombre en envoyant un message fort de détermination et de ténacité. La route qui mène au départ d’une telle épreuve est longue, sinueuse et semée d’embûches. Réussir à se qualifier sera le premier challenge du navigateur wallon ; pour cela, il faut engranger des milles et participer aux grandes courses qui constituent le calendrier de la classe IMOCA d’ici à 2024. Le départ de la Transat Jacques Vabre en Novembre 2021 fût la première étape de ce calendrier, d’autres courses telles que la Bermudes 1000 Races, la Vendée-Arctique, et la Route du Rhum feront partie du programme de 2022.
Pour atteindre ses objectifs, il peut aujourd’hui compter à la fois sur le soutien des Laboratoires de Biarritz concepteurs de soins Bio d’origine naturelle directement inspirés par les ressources de l’océan, des cabinets de tatouage Mana Maori Tatau spécialiste du tatouage polynésien, de la société ProSafety, entreprise spécialisée dans la distribution d’équipements de protection, de la marque de vêtements Musto, des lunettes Mauii Jim et d’un partenaire technique essentiel BJ Nautique représenté par Julien Berthelot mais aussi sur une équipe de bénévoles Sablais.
Il reste toutefois à la recherche de partenaires et de sponsors afin de pouvoir boucler son budget.
Denis Van Weynbergh