Le bateau

Construit en Hongrie sous l’impulsion de Nandor Fa, que ce dernier a lui-même co-dessiné avec l’architecte Attila Déry, le bateau a été mis à l’eau au printemps 2014. Régulièrement optimisé par son ancien propriétaire, il a terminé 8e du Vendée Globe 2016-2017 sous les couleurs de Spirit of Hungary. Depuis 2018, il est la propriété de Denis Van Weynbergh et porte désormais les couleurs des Laboratoires de Biarritz. Basé aux Sables d’Olonne, et plus précisément au ponton Vendée Globe de Port Olona où s’amarre, tous les quatre ans, la flotte de la course légendaire, il est rigoureusement préparé par le team vendéen de bénévoles, qui prévoit un chantier important à l’horizon 2023, afin d’optimiser la machine. Au programme : gagner du poids (autour de 500 kg) pour plus de performance, optimiser la casquette pour des raisons de sécurité et de confort, mais aussi travailler sur l’ergonomie afin de mettre le 60 pieds à la main du navigateur belge. Par ailleurs, par soucis éco-circulaire mais surtout par volonté éthique, il a fait le choix d’équiper au maximum son bateau de matériels ayant déjà eu une première vie, notamment pour ce qui concerne l’électronique et l’accastillage. La clé d’un projet pérenne ? Un projet « marin », aussi bien à terre qu’en mer !
Naviguer sur un bateau du Vendée Globe, c’est possible